Lectures et guérisons de vies antérieures (dossiers akashiques)


Selon un article du magazine Psychologies, « Aux États-Unis, la « karma therapy » est passée au troisième rang des thérapies alternatives, après le traitement antitabac et les cures d’amaigrissement».

La réincarnation suggère que le corps que nous possédons aujourd’hui n’est pas la seule enveloppe corporelle que nous avons eue et que nous aurons. Notre âme, qui survit à la mort physique, continue ses «expériences de vie» à travers différents corps.

D’après mes expériences, je pense que l’âme se rend dans le contexte et le corps qui sont les plus adaptés pour lui permettre d’apprendre ce qu’elle doit encore apprendre, des leçons de vie qu’elle n’a pas comprises par le passé.

L’âme se confronte ainsi à des dettes karmiques, des promesses formulées, des culpabilités tenaces, des regrets tus, des secrets enfouis, se donnant ainsi l’opportunité de corriger des schémas inadaptés.

Même si certains pensent que l’âme choisit son existence, mon expérience en tant que thérapeute, m’a plutôt conduite à considérer que les âmes se font comme «attirer» par des situations précises, en fonction des programmations inconscientes qu’elles ont engrangées et des croyances limitantes qu’elles ont conservées.

Par exemple, si un individu était un homme qui dénigrait les femmes, alors il aurait certainement imprimé dans sa base de données «la femme ne vaut rien» (entre autres). De ce fait, une telle âme sera «attirée» par des situations où ce schéma sera susceptible de se reproduire, afin qu’elle fasse vivre sa croyance limitante. Ainsi, un tel individu pourrait renaître dans une famille avec un père macho qui rabaisse les femmes.

Si l’individu se réincarne en garçon, alors il y aura des chances qu’il se confronte à des femmes qui, selon lui, ne vaudront rien (car c’est sa programmation).

Mais s’il se réincarne dans le corps d’une fille, alors il risquera de subir la dévalorisation d’autrui et de lui-même (en raison de sa programmation intérieure).

Bien sûr, il n’y a pas que des schémas de répétition. Il y a aussi la possibilité qu’un individu passe d’un extrême à un autre.

Pour reprendre l’exemple précédent, un individu passant à l’autre extrême pourrait ainsi devenir un ou une militant(e) pour le droit ou le respect des femmes, potentiellement même misandre.

Il y a finalement les schémas mixtes, qui représentent un mélange entre la répétition et le passage d’un extrême à un autre.

Dans le cas de l’exemple susmentionné, cela pourrait correspondre, par exemple, à une femme qui souhaite militer pour le droit des femmes, mais se dévalorise elle-même, s’attirant des personnes qui ne prendront pas au sérieux ses actions.

L’étude et le traitement des vies antérieures permettent d’avoir une vue plus globale des situations de vie, et souvent de leur donner plus de sens en comprenant mieux nos schémas et ce que nous avons pu faire ou subir. En considérant une certaine globalité avec du recul, il devient plus aisé de lâcher prise des émotions négatives, car elles prennent du sens dans l’ensemble.

Cette globalité est ce que l’on appelle aussi les dossiers akashiques, qui sont, selon moi, comme une sorte de grande bibliothèque où tout ce qui a été dit, pensé et fait est répertorié.

En consultant ces recueils, il devient possible de travailler sur les facettes «problématiques» afin de les corriger.

Suite à cela, bien sûr, le choix reste à chacun de trouver le juste milieu et de faire les efforts nécessaires pour y parvenir et y rester, ou de se relancer dans des schémas douloureux.

Lors des régressions dans les vies antérieures, tout comme dans les régressions dans les mémoires d’enfance, le patient reste conscient. Il est simplement détendu, au calme, mais il reste parfaitement maître de son corps et comprend ce qui est dit et travaillé. Cela est d’ailleurs le but que le patient participe activement à sa propre guérison en replongeant dans son passé pour le traiter, accompagné par la thérapeute.

En reprenant sa vie en main, le patient s’offre la liberté d’un nouveau départ, plus en accord avec ses souhaits et objectifs de vie et en ayant levé les freins qui l’empêchaient d’y parvenir.